Devis express Devis gratuit en ligne

Conseils et renseignements 03 25 70 48 48

L'objet Publicitaire en France

Les chiffres clés

Pourquoi choisir l’objet publicitaire comme canal de communication ?

La communication par l’objet offre le meilleur coût par impression

Grâce à l’étude menée par la fédération professionnelle 2FPCO en Juin 2011, il est désormais possible de quantifier le retour sur investissement d’un objet publicitaire et donc de le comparer aux autres medias souvent plus connus. Exemple, pour un accessoire d’écriture le CMI (coût moyen par impression) est de 0,003€*, pour un Tee-shirt le CMI et de 0,009€*, alors que l’on évalue à 0,055€ le coût par contact pour une campagne TV (Etude JC Decaux 2010)*.

La communication par l'objet offre le meilleur Retour sur Investissement (ROI)

Cette étude démontre ainsi le fort impact de l’objet promotionnel. Celui-ci est d’abord visuel car il permet de renforcer la mémorisation d’une marque :

  • En France 70.4% des personnes identifient la marque figurant sur le produit offert.
  • L’objet promotionnel influence le public visé à 58%
  • 76% des personnes interrogées estiment accorder de l’importance aux objets publicitaires
  • 60% aimeraient en recevoir davantage
76% des personnes estiment accorder de l’importance aux objets publicitaires

L’objet publicitaire n’est donc plus perçu comme un gadget dès lors qu’il aura été soigneusement choisi par l’annonceur et qu’il s’avère être utile et pratique.

Choisir la communication par l'objet plutôt que la publicité

A travers sa communication une entreprise va chercher à promouvoir sa société, à générer de l’attention autour de sa marque ou encore à fidéliser ses clients.
Ainsi les objets publicitaires sont remis à diverses occasions :

  • 40% au cours d’un événement
  • 28% dans le cadre du travail
  • 26% sur un lieu de vente
70.4% des personnes ont mémorisé la marque

La communication par l’objet permet donc de confirmer et de renforcer la présence de son entreprise sur le marché et par rapport à ses concurrents.

Elle sert également, notamment dans les temps difficiles, à rassurer les clients, à leur donner de la confiance dans une marque. En cela la communication par l'objet bénéficie d’un avantage majeur : son axe relationnel privilégié.
Pour preuve ces quelques chiffres :

Le public visé possède en moyenne plus de deux catégories d’objets publicitaires (2,6) : soit 59% d’objets d’écriture avec :

  • 36% de tee-shirts
  • 24% de produits électroniques
  • 23% de goodies (des produits de petite taille)
  • 20% de calendriers.
60% des personnes interrogées aimeraient en recevoir plus

La durée de conservation de ces objets est variable cependant, plus le coût est élevé, plus l’objet est conservé.

  • En tête on retrouve les bagages avec plus de 4 ans de durée de conservation
  • Les textiles « élaborés », les mugs et autres verres, les tee-shirts et les produits horlogers avec une durée de vie de 3 ans et demie.
Durée de conservation des objets publicitaires

2FPCO - Etude de l’objet publicitaire en France /2011

La communication par l’objet est une affaire de spécialistes

Par souci de rentabilité de leurs investissements les annonceurs choisissent une stratégie gagnant/gagnant et intègrent de plus en plus souvent la communication par l’objet dans leur plan de communication.

Dans cette relation gagnant/gagnant, le rôle des professionnels de l’objet publicitaire est de valoriser l’objet et optimiser son impact en communication.
Concevoir un objet, prendre en compte son design, son usage et sa personnalisation, comprendre les attentes de l’annonceur, le conseiller dans ses choix, est l’engagement du réseau Promocadeaux®.

La législation en cours

Le métier de revendeur d’objet publicitaire est un métier très règlementé

Les revendeurs d’objets publicitaires sont soumis à une règlementation stricte, sous peine d’être sanctionnés. Leur responsabilité est de s’assurer auprès de leurs fournisseurs que les objets promotionnels qu’ils commercialisent respectent les normes et les taxes en cours. Différentes normes, certifications, labels, garantissent aux revendeurs la conformité et la qualité des objets publicitaires destinés à leurs clients, quelle que soit l’origine de leur fabrication (Europe ou Asie).

La taxe SORECOP : La loi sur la règlementation de la copie privée, votée en 1985, prévoit de garantir aux ayants droits, une rémunération sous la forme d’une compensation pour reproduction de contenu.
La société SORECOP, filiale de la SACEM est chargée de percevoir cette taxe appliquée sur les appareils à mémoire interne qui permettent d’enregistrer et de lire directement des fichiers audio sur des supports numériques tels que les lecteurs MP3, CD, DVD, Clés USB etc. Elle est collectée par le fabricant ou l’importateur d'objet publicitaire. Les entreprises qui ne rétribuent pas cette taxe, prennent le risque de payer de très lourdes amendes et font également courir le risque à leurs partenaires et clients.

logo RoHs

La norme RoHs vise à limiter l’utilisation, dans la fabrication d’équipements électriques et électroniques, de substances dangereuses telles que le plomb, le mercure, la cadmium, le chrome. L’importation d’objets publicitaires en Europe est donc assujettie à cette norme.

La directive DEEE (Déchets d’Equipement Electriques et Electroniques) est un ensemble de mesures contribuant à aider au recyclage d’équipements électriques et électroniques, au recyclage de tous les déchets qui en sont issus mais aussi des composants et consommables qui en font partie. Elle est plus connue sous le nom de « Eco-contribution » ou « Eco-participation ».

logo REACH

La norme REACH prévient contre les risques encourus par l’utilisation de produits chimiques et assure un niveau élevé de protection en matière de santé humaine et d’environnement. Cette mesure permet en même temps de maintenir la compétitivité et l’innovation dans l’industrie chimique européenne.

La certification PEFC (Programme de reconnaissance des certifications forestières) garantit à l’annonceur que le produit en bois concerné est fabriqué à partir de bois issu de forêts gérées durablement.

La règlementation autour du cadeau d’affaire et du cadeau d’entreprise

Les biens destinés à être remis en cadeaux sont susceptibles d’être soumis à la TVA déductible. Depuis Janvier 2011, le seuil de déductibilité de la TVA est fixé à 65 Euros TTC. Ce seuil est révisable tous les 5 ans et doit inclure tous les frais annexes qui s’y rapportent (frais de port et d’emballage). Ce montant pourra s’inscrire en charges déductibles du bénéfice imposable et s’imputer dans le compte 6234 « cadeau à la clientèle ».

Les objets publicitaires assurent la promotion d’une entreprise ou d’un produit. A ce titre, ils donnent donc droit à cette déduction, quelle que soit leur valeur, car ils sont remis gratuitement aux bénéficiaires.

Les cadeaux d’affaires constituent une charge fiscale déductible des résultats imposables. Si le montant annuel des achats de cadeaux d’affaires reste inférieur à 3000 euros TTC, l’entreprise est exemptée de déclarer cette somme sur le relevé fiscal spécial des frais généraux (imprimé 2067 de la liasse fiscale). Dans le cas contraire la déclaration est obligatoire sous peine de sanctions.
L’administration autorise cette déduction dans la mesure où les cadeaux offerts participent à la promotion de l’entreprise et à entretenir de bonnes relations avec ses partenaires.

Les cadeaux d’entreprise remis aux salariés entrent dans le champ de l’IRPP et sont soumis au plafond de 5% du plafond de la Sécurité Sociale, soit en 2011 147 euros.

Pour plus de précision sur le régime fiscal des cadeaux offerts par votre entreprise, votre conseiller Promocadeaux® vous invite à contacter votre expert-comptable.

Vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant (loi “Informatique et Libertés” du 6 janvier 1978).
Informations légales